Un Site Populaire Pour Les Femmes Modernes, Ce Qui Contribuera À Une Femme Sovoyu Changer La Vie Pour Le Mieux

Que faire si vous ne voulez plus vivre avec votre mari

Que faire si vous ne voulez plus vivre avec votre mari: avec

Que faire si, après une période de séparation, vous vous rendez compte que votre conjoint est plus à l'aise

Que faire si vous vivez mieux loin de votre conjoint

Bonjour, je me dispute avec mon mari depuis des années. Ces querelles se terminent lorsqu'il quitte sa mère, nous laissant seuls avec notre fils. Malheureusement, il a fait la paix et il est revenu. Pour vous informer que lui et un personnage violent, 3 fois il m'a mis la main un peu par peur de lui, un peu pour le classique "que vont-ils dire?" Je n'ai rapporté ni fait confiance à personne, pas même à ma famille. En fait, je ne sais toujours pas comment j'ai réussi à rester près de lui pendant 13 ans, dont 11 étaient mariés. Pour des problèmes économiques, il décide que je dois partir et déménager avec notre fils de 8 ans de ma famille (il est en Campanie) dans la région de Vénétie afin de tenter de trouver un emploi. Cela se produit le 14/12/2014. Les mois passent et je me rends compte que je vais très bien malgré que je ne travaille pas, nous ne parlons pas de notre fils... il aimait déjà vivre ici en Vénétie comme un bébé. Je sors de mon mari en avril (je ne veux pas et je suis effrayé pour ne pas découvrir que je ne veux pas y retourner). Je retourne au bout de 15 jours et tout va bien, plus de jours s'écoulent et plus nous sommes partis, jusqu'à ce qu'il réalise (je pense) que quelque chose ne revient pas et me demande de revenir dès que l'enfant aura terminé ses études car il ne peut pas être sans nous. J'ai éclaté dans la peur et lui ai dit que je ne voulais pas revenir, ça suffit, je ne peux plus le supporter pour la vie que je mène avec lui et ainsi de suite. Cela se produit le 06/06/2015 et à partir de ce jour, des appels et des messages ne montrant que sa démence, parmi ceux-ci...

VOUS NE POUVEZ PAS PORTER MON FILS JE NE VIS PAS AVEC LUI C'EST MA RAISON DE VIE...

Je me demande maintenant qu'il pensait que c'était sa raison de vivre! Il serait trop long de dire combien il a combiné, sans compter qu'il met toujours sa mère au milieu. Maintenant notre fils est mort, ma mère l'a amené. Nous vivions chez ma mère, évidemment maintenant que l'enfant est là et dit qu'il ne veut pas rester et qu'il veut retourner en Vénétie, mon mari devient nerveux et je crains qu'il ne le laisse pas revenir (tant que le bébé ne reviendra pas, j'ai peur pour entamer la procédure de divorce). Excusez-moi mais pouvez-vous me donner un conseil? Je déclare que je ne veux pas y retourner, je me sens bien ici, mardi je commence un travail, l'enfant est paisible et aime rester ici...

La séparation de fait

Chère Madame,

Je me rends compte de la délicatesse de la situation à laquelle il est obligé de faire face et qui, malheureusement, implique souvent un mineur, exposé malgré lui aux désaccords résultant de l'interruption de la relation de couple. Évidemment, je ne peux pas vous conseiller de faire ou non une demande de séparation de votre mari, car c'est une décision absolument personnelle.

Je ne connais pas les intentions de son épouse, mais j'estime que son choix éventuel de garder l'enfant avec lui est indépendant de sa décision hypothétique d'engager le processus de séparation, étant donné que, en l'absence de mesures à cet effet, chaque parent a le même droit de garder l'enfant avec lui.

En réalité, précisément les décisions rendues en cas de jugement assureraient une plus grande protection en ce qui concerne le placement des enfants et le régime du droit de visite des enfants, avec toutes les conséquences prévues de la loi dans l'hypothèse d'une violation des mêmes. La précision, en outre, que le juge de la séparation appelé à trancher des questions inhérentes à l’enfant tiendra dûment compte de la stabilité atteinte par l’enfant avec votre transfert pour une autre raison et la bonne insertion du petit dans un nouveau contexte familial, social, territorial et social. l'école.

En tout cas, je tiens à la rassurer que, même si l’enfant est confié conjointement aux deux parents, les propositions de son mari concernant le placement de votre enfant (tous les six mois ou tous les deux ans dans l’un ou l’autre) un autre parent) ne sera pas accepté à l’essai. En effet, précisément pour veiller à ce que les habitudes de vie de l'enfant soient modifiées le moins possible après la dissolution de l'union familiale, le parent chez qui l'enfant sera principalement placé sera indiqué, sans préjudice du droit de visite de l'autre., dans son cas, il devra prendre en compte la distance géographique.
Dans tous les cas, je vous conseille de contacter un avocat de votre choix pour décrire en détail votre situation et vos antécédents familiaux, et qui sera certainement en mesure de vous conseiller sur les mesures à prendre.
Av. Francesca Maria Croci

Vidéo: Une technique BÊTE comme CHOU pour améliorer votre relation avec votre conjoint (300/365)


Menu