Un Site Populaire Pour Les Femmes Modernes, Ce Qui Contribuera À Une Femme Sovoyu Changer La Vie Pour Le Mieux

Steve Jobs: au-delà de l'icône, Danny Boyle découvre l'homme | LA REVUE

Steve Jobs: au-delà de l'icône, Danny Boyle découvre l'homme | LA REVUE: steve

Que se passe-t-il si l'un des meilleurs réalisateurs du moment, Danny Boyle, rencontre l'un des meilleurs acteurs, Fassbender, pour faire un film sur Steve Jobs? Qu'est-ce qui se passe c'est que le film est magnifique

Steve Jobs critique

Quand il sort Steve Jobs, cours le voir. Je le dis tout de suite, donc si quelqu'un ne veut pas tout lire examen cependant, il volerait ce que son message fondamental veut être: Steve Jobs par Danny Boyle c'est un film magistral, à tel point que l'étiquette biopic est franchement un peu serrée.

Boyle a choisi de se concentrer sur trois moments clés de la carrière de Jobs, autour duquel se trouve également le tournant de sa vie personnelle: 1984, 1988, 1998, sont respectivement l’année du lancement du Macintosh, de Next (si quelqu'un s'en souvient?) et de l'iMac. Les produits changent, mais Steve est toujours là, enfermé dans un théâtre pour réparer les dernières choses qui ne fonctionnent pas, pour gronder son équipe, pour discuter avec son assistante Johanna.

Dans les coulisses de ces lancements qui ont marqué l’histoire, au-delà du produit, il y en a Steve Jobs qui n'a rien à voir avec l'icône dans lequel nous l'avons transformé. Un génie? Peut-être, mais avec moins de compétences, par exemple, de son partenaire historique et cofondateur d'Apple, Woz (Steve Wozniak). Un modèle à imiter? Peut-être, mais totalement incapable de dire merci à ses collaborateurs et pour construire un relation non conflictuelle avec Lisasa fille

Boyle bascule tout (et fait très bien) sur dialogues très serrés, brillant et parfois cruel écrit par Aaron Sorkin, à laquelle il crée un cadre parfait dans ce compliqué derrière le rideau. Boyle mérite le crédit pour ne pas avoir transformé Jobs en une image sacrée, pour avoir été en mesure de choisir les événements sur lesquels se concentrer en nettoyant l’histoire des détails de potins et en se concentrant plutôt sur cadre général, dessine vraiment un personnage complexe, aux multiples facettes et crédible.

Et d'ailleurs, comme l'a souligné la personne aimable et serviable Boyle lors de la conférence de presse, ce choix va dans le sens de la pensée de Steve Jobs qui, bien que réelle contrôle monstre, sur au moins une chose qu’il avait réussi à lâcher: le propre biographie écrit par Walter Isaacson, qui était vraiment laissé avec du papier blanc. Le bon sentiment à la fin du film n’est pas de tout savoir sur Steve Jobs, mais de toujours envie de savoir, parce que le portrait qui s’émerge est vivant, il n’est pas confiné dans le récit à l’écran.

Le reste du mérite de ce film revient en grande partie à Michael Fassbender, convaincant et très bon, un acteur vraiment incroyable. Et merci, vraiment merci, pour nd'avoir succombé à la tentation de le déguiser par Steve Jobs, mais d’avoir laissé son interprétation, si brillante, nous convaincre que nous avons le créateur d’Apple devant nous.

Ceci dit, il faut au moins ajouter quelques mots à propos du reste de la distribution: Kate Winslet dans le rôle de lassistent des emplois, Johanna, est parfait, mais il y a aussi beaucoup Seth Rogen comme Woz, c'est difficile à oublier. Ok, et comment puis-je ne rien dire Jeff Daniels qui joue Sculley, ancien PDG d’Apple, figure paternelle chez Jobs? Il est très bon et ambigu, rien à faire! Une confirmation supplémentaire que ce film est à ne pas manquer.

Offres d'emploi dans le film, il est comparé à un chef d'orchestre: pas capable de jouer d’un instrument particulier d’une manière excellente, mais capable de trouver l’harmonie et de faire jouer tous les instruments ensemble. Boyle a repris ce concept en parlant de sa propre le travail du directeur, dont le but est précisément de savoir intuitivement comment combiner les différents éléments qui composent un film et, dans ce cas, on peut dire qu’il a été capable de le faire avec talent et avec un certain génie.

Toutes les infos sur Steve Jobs

Steve Jobs est un film de Danny Boyle avec Michael Fassbender, Kate Winslet, Seth Rogen et Jeff Daniels. Le film va sortir Jeudi 21 janvier 2016 distribué par Universal Pictures.

Vidéo:


Menu