Un Site Populaire Pour Les Femmes Modernes, Ce Qui Contribuera À Une Femme Sovoyu Changer La Vie Pour Le Mieux

Séparation de fait et non maintenance

Conjoints dans une séparation de fait de la manière de régler une pension alimentaire: le mari ou la femme ne peut refuser de payer la pension alimentaire

Bonjour, je suis mariée depuis environ 5 ans et je vis avec mon ex-mari pendant 4 ans. Notre histoire a changé avec l'arrivée dans ce pays de mes filles, nées d'un précédent mariage. J'ai travaillé dur et sans relâche pour ramener à la maison les filles et tout ce qui avait trait aux dépenses de la famille, car mon mari a quitté le travail depuis notre mariage, pour des raisons insignifiantes. Il a ensuite travaillé pour d'autres personnes. placé et a quitté le travail immédiatement parce qu'il ne voulait dépendre de personne. Par la suite, il a décidé de travailler en tant que pigiste, mais il n’a pas rapporté beaucoup d’argent à la maison et ne voulait pas chercher un autre emploi car personne n’était (selon lui) à son apogée. Il y a presque 2 ans, j'étais enceinte et j'ai perdu mon enfant parce que je devais travailler et que j'avais déjà les deux filles à soutenir. Je l’ai perdu à cause du manque de repos et de trop d’efforts, du stress, etc. même si je lui avais demandé de trouver un emploi pour pouvoir quitter un emploi et pouvoir continuer avec un peu de sérénité. Malheureusement, au cours du troisième mois, le médecin m'a dit que l'enfant était intact mais inconscient et sans battement de coeur. Pour moi, c'était une douleur très forte, une blessure qui est restée ouverte jusqu'à présent. Après tout cela, j'ai essayé de ne donner aucune responsabilité à aucun de nous, mais j'étais très malheureux et déçu d'avoir une personne qui exige beaucoup de moi, égoïste et qui dit que je suis plus une mère que une femme, qu'il a dit qu'il m'aime et qu'il ne l'a jamais été. concernait la douleur et la souffrance que j'ai vécues. Il a quitté son domicile il y a trois mois, après une dispute entre nous et après deux jours, il m'a dit par SMS qu'il ne reviendrait jamais avec moi, car il était malheureux et qu'il ne m'aimait plus, même s'il m'aimait et qu'il tout donné et tout fait pour moi. Il a ajouté que c'est moi qui ai fait échouer le mariage. Maintenant, il a été décidé de me donner 200 euros pour un an (un pacte non respecté) et de m'accompagner pour faire les courses (uniquement le transport de la maison au supermarché et inversement). Je ne sais pas quoi faire maintenant, il dit qu'il n'a pas l'argent à me donner et qu'en vertu de la loi, nous n'avons pas d'enfants, il n'est pas obligé de me donner quoi que ce soit même si, pendant que nous étions ensemble, nous avons loué une maison que je dois maintenant payer. Que devrais-je faire? J'ai bien peur que je travaille toute la journée pour payer une maison, garder des filles et toutes les dépenses que cela implique. Il ne fait rien pour faire la séparation.

Lucena (nom de fantaisie choisi par la rédaction)

LISEZ AUSSI: COMBIEN PAYEZ-VOUS POUR LA VÉRIFICATION DE L'ENTRETIEN SI LA FEMME EST INVALIDE?

Chère Madame,
la séparation est un droit, donc même s'il n'est pas d'accord, il est toujours libre d'activer une procédure judiciaire lui-même (éventuellement aussi bénéficier de l'aide juridictionnelle gratuite si son revenu annuel est inférieur à 10 600 euros). Il peut choisir de désigner son propre avocat et de se défendre ou de perdre tout intérêt dans l'affaire: dans ce dernier cas, son manquement sera déclaré et la procédure se poursuivra malgré tout.

Quant à la pension alimentaire, malheureusement, je ne me trompe pas, en ce sens que, en l'absence d'enfants, le conjoint n'a droit à un chèque pour lui-même que si son revenu est inférieur à celui de l'autre et s'il n'est pas en mesure de maintenir le niveau de vie précédent. qui caractérisait la vie conjugale antérieure. En l’espèce, je crois comprendre que c’est toujours elle qui a gardé la cellule familiale et a réussi à le faire sans la contribution économique de son mari, ce qui a une incidence considérable sur l’évaluation à laquelle un juge est appelé, qui ne peut pas la négliger même au procès. Enfin, la perte de grossesse n’indique rien tant qu’il n’a pas l’intention de promouvoir une action spécifique contre son mari, devant toutefois prouver le lien de causalité qui existe entre le comportement de l'avortement: une circonstance très difficile à documenter avec certitude et qui l'exposerait à un risque concret de perte de l'affaire.

Vidéo: ✅ Nettoyage de l'INTERCOOLER ? du Rodius ?


Menu