Un Site Populaire Pour Les Femmes Modernes, Ce Qui Contribuera À Une Femme Sovoyu Changer La Vie Pour Le Mieux

Les droits des célibataires: c'est pourquoi ils doivent être protégés

Les droits des célibataires: c'est pourquoi ils doivent être protégés: être

Dans le passé, une femme était licenciée parce qu'elle était la plus jeune et célibataire. Réfléchissons sur l’affaire concernant les droits des célibataires, protégés par l’ANIS

Droits uniques

Vous êtes un femme seul? Comme vous, aujourd'hui en Italie, 5 millions de personnes, soit 11% de la population, n'ont pas la vie d'un couple. En fait, il y a quelques années encore, il était impensable pour une femme d'aller à vivre seul pour des raisons de travail ou, encore moins, de simple émancipation. Notre pays était un pays traditionaliste, lié à l'institution du mariage et à la famille patriarcale. Mais leémancipation féminine et l'affirmation de l'égalité entre hommes et femmes dans les familles, comme dans le travail, ont miné de nombreuses structures de pensée anciennes.

Aujourd’hui, il est normal pour une femme ou un homme de choisir vivre de unique. Parfois, le choix de ne pas rester en couple ne dépend pas d'une orientation de vie volontaire, mais plutôt des circonstances. Il n'est pas possible d'identifier la "cause du seul phénomène". C'est le résultat de notre société avec des rythmes frénétiques et des normes de travail élevées et exigeantes, des facteurs qui compressent les espaces personnels de l'individu. Sinon, du point de vue des valeurs en cause, c’est certainement un phénomène qui s’est nourri de crise familiale en tant qu '"institution". Ce qui est certain, c’est qu’aujourd’hui les célibataires sont une réalité répandue en Italie. Les chiffres parlent d’eux-mêmes: 11% représentent une proportion importante de notre population.

Leassociations visant à protéger la catégorie unique. L 'ANIS est leAssociation nationale italienne unique. Pour ceux qui ne vivent pas cette réalité, il est facile de penser, à tort, qu'il n'y a pas rien à protéger dans la vie de célibataire. Les fondateurs de l'ANIS ne le pensent pas pour lequel l'utilisation d'associations consiste principalement à souligner les droits des célibataires en tant qu'individus.

L'ANIS se plaint d'énormes disparités entre ceux qui sont mariés et ceux qui ne le sont pas: seuls ceux qui sont mariés bénéficient de détails droits prioritaires (concours publics, transferts, mobilité, attribution de logements sociaux) et de concessions (hypothèques pour l'achat de la première maison). Les membres de l'ANIS proposent d'affirmer les droits et libertés de l'individu en tant que valeurs absolues et indépendantes de la situation familiale.

Par le passé, nous avons également assisté au licenciement d'une femme motivé par son jeune age et de sa condition de unique. Eh bien, la Cour de cassation a admis que, dans le cadre d’une véritable réorganisation de l’entreprise, l’employeur pouvait légitimement choisir qui licencier en fonction de son âge et de son statut familial. Il est donc tout à fait normal que le choix effectué sur la travailleuse soit exempt de fardeaux familiaux, ainsi que sur les plus jeunes du secteur ayant présenté l’excédent. Il est à peine nécessaire de souligner que si le licenciement est justifié par une réorganisation de l'entreprise, le changement doit être effectif ou, en d'autres termes, la réorganisation doit avoir lieu, qu'elle soit censée être une réorganisation de l'ensemble de l'entreprise ou d'un seul secteur d'activité. En ce sens, et en règle générale, aucun licenciement ne peut être considéré comme correct si le motif sur lequel il est fondé est faux, n’existe pas ou est conçu de manière instrumentale uniquement dans le but de licencier quelqu'un. Par souci d'exhaustivité, nous ajoutons que l'entrepreneur ne peut pas renvoyer le travailleur lorsqu'il est possible de le placer dans un autre poste au sein de l'entreprise, de manière compatible avec ses compétences professionnelles. En pratique, on ne peut pas admettre que l'entreprise licencie un employé, puis en engage un autre pour occuper un poste compatible avec le professionnalisme de celui qui, en revanche, a licencié.

Revenant à l’affaire examinée, la Cour de cassation a jugé que si l’entreprise devait se réorganiser et même le faire en supprimant des emplois (pour des raisons d’équilibre économique), elle serait en mesure de choisir parmi les travailleurs licenciés ces travailleurs. plus jeune et sans famille. Essayons de comprendre le raisonnement qui sous-tend la décision de cassation. En dernière analyse, la cassation, raisonnée de la manière décrite ci-dessus, faveurs sur un pied d'égalité qui a une famille comparé à qui vit seul. Pouquoi? Sur le fond, la Cour suprême estime que l’intérêt de conserver un emploi est, pour ceux qui ont une famille, un intérêt qui n’est pas seulement individuel, mais vise à: protection de plus de personnes y compris probablement aussi des mineurs ou des enfants. Autrement, la personne célibataire a le même droit de travailler et de conserver son poste, mais toute perte de ce droit n’affectera pas les autres parties. Il est évident que la protection de la famille est une priorité sociale indéniable, notamment en présence de mineurs; cependant, il n’est pas juste de sous-estimer que, dans un moment de grave crise économique, cette décision de la Cassation, juste et inévitable, expose néanmoins au risques une catégorie non forte. Nous ne pouvons manquer de réfléchir à ce que cette jeune femme licenciée fera, où et comment elle va proposer son professionnalisme et comment elle va subvenir à ses besoins dans le temps nécessaire pour trouver un emploi.

Par le Dr. Federica Federico

Vidéo: Les nouveaux pauvres - Reportage français


Menu