Un Site Populaire Pour Les Femmes Modernes, Ce Qui Contribuera À Une Femme Sovoyu Changer La Vie Pour Le Mieux

PrĂȘt conjoint et sĂ©paration de mariage

PrĂȘt conjoint et sĂ©paration de mariage: conjoint

Le prĂȘt commun en cas de sĂ©paration des Ă©poux: que se passera-t-il si la maison Ă©tait achetĂ©e par l'Ă©pouse et le mari avec le prĂȘt commun?

PrĂȘt conjoint et sĂ©paration des Ă©poux

Parmi les questions qui se posent, en vue d’une sĂ©paration, certainement le problĂšme de la hypothĂšque commune aux deux conjoints et contrat pour l'achat de maison familiale. En fait, il peut arriver qu’un partenaire n’ait plus intĂ©rĂȘt Ă  devenir propriĂ©taire du bien initialement utilisĂ© comme toit conjugal et que l’autre a l’intention de continuer Ă  payer les acomptes restants, mĂȘme en assumant la totalitĂ© des frais.

Conséquences juridiques de vivre séparément les uns des autres à la maison

Ou encore, il arrive que le conjoint, Ă©tant donnĂ© la nĂ©cessitĂ© de trouver, avec le sĂ©paration, un nouvel arrangement, veulent sortir de la prĂȘt, en accord avec l’autre, prĂ©voir le paiement du nouveau loyer. En tout Ă©tat de cause, quels que soient les motifs pour lesquels les Ă©poux ont l’intention ou non de se libĂ©rer du accord de prĂȘt commun, il est lĂ©gitime de demander quelles solutions peuvent ĂȘtre proposĂ©es dans de telles situations, compte tenu de leur sĂ©paration personnelle.

Il faut dire que le prĂȘt est un contrat entre les sujets et la banque, ce qui n'a rien Ă  voir avec l'union matrimoniale, n'Ă©tant pas conditionnĂ©e par une Ă©ventuelle jugement de sĂ©paration. De maniĂšre gĂ©nĂ©rale, trois cas peuvent ĂȘtre vĂ©rifiĂ©s Ă  titre indicatif:

Maintien du prĂȘt pour les deux

Cela dit, une premiÚre hypothÚse - certainement la plus simple à définir - est que, malgré la perte de leur union, les conjoints décider de continuer à payer les acomptes conjointement, avec la continuation du compte joint signé au moment du mariage.

Sortie d'un conjoint cĂ©libataire du contrat de prĂȘt

Une autre situation, beaucoup plus complexe, se produit plutĂŽt lorsque le partenaire, pour les raisons les plus disparates, par exemple, de la possibilitĂ© de acheter un nouveau logement, dĂ©cidez de vous soulager versement hypothĂ©caire et de laisser la propriĂ©tĂ© de l'appartement Ă  l'autre. Dans ce cas, le conjoint qui accepte de payer intĂ©gralement les acomptes restants peut devenir le propriĂ©taire exclusif du bien. Cependant, un premier problĂšme qui pourrait se poser est la nĂ©cessitĂ© non seulement de l’accord entre les parties, mais Ă©galement du consentement de la Banque lorsque hypothĂšque.

En fait, l’institution prĂȘteuse pourrait refuser la sortie de l'entrepreneur de l'hypothĂšque Ă©clairĂ© par les deux Ă©poux, ne considĂšre pas que les garanties donnĂ©es par le partenaire "restant" dans le contrat sont suffisantes. Un autre problĂšme est donnĂ© par taux jusqu'ici payĂ© par conjoint "sortant", placer que ce dernier aura droit au remboursement de la moitiĂ© de chaque paiement rĂ©alisĂ© pour le prĂȘt jusqu'au moment de la sortie (puisqu'il s'agit d'un bien dont l'unique propriĂ©taire sera l'autre), sans prĂ©judice de la possibilitĂ© pour les Ă©poux de convenir diffĂ©remment afin de dĂ©finir l'ensemble de maniĂšre Ă©quitable.
Et ainsi, par exemple, le dĂ©faut de remboursement de 50% des versements payĂ© pour la vente de la voiture ou d'un autre actif, mobilier ou immobilier, d'une valeur correspondant Ă  la moitiĂ© du montant payĂ©. Si, en revanche, il n’existe pas de renonciation Ă  la propriĂ©tĂ© du bien - qui restera donc propriĂ©tĂ© commune des deux - le paiement du bien remboursements hypothĂ©caires un conjoint cĂ©libataire peut avoir le "poids" appropriĂ© pour Ă©tablir l’obligation contributive en faveur du partenaire et des enfants.
La jurisprudence a en effet jugĂ© justifiable le rĂŽle demaintien de l'allocation d'entretien due par son mari qui, Ă  la suite de la sĂ©paration, a pris en charge l’intĂ©gralitĂ© de l’emprunt sur le domicile conjugal attribuĂ© Ă  la femme (Cassation Civ. Section I, arrĂȘt du 25/06/2010 n. 15333).

Extinction du prĂȘt

Enfin, le dernier cas, certainement prĂ©fĂ©rable mais, pour des raisons Ă©videntes, moins frĂ©quente, est la paiement en commun des derniĂšres Ă©chĂ©ances avec la clĂŽture ultĂ©rieure du contrat stipulĂ© Ă  l’époque. Dans tous les cas, Ă©tant donnĂ© la dĂ©licatesse du sujet, il est toujours conseillĂ© d’évaluer avec soin, avec l’aide de professionnels de confiance, les alternatives possibles qui permettront aux deux parties d’ĂȘtre satisfaites. Une fois encore, le processus de conciliation et de nĂ©gociation semble prĂ©fĂ©rable.
Par leFrancesca Oriali, avocate

Vidéo: L'achat immobilier à deux (mariage, pacs, union libre): explications par un notaire

ï»ż
Menu