Un Site Populaire Pour Les Femmes Modernes, Ce Qui Contribuera À Une Femme Sovoyu Changer La Vie Pour Le Mieux

Allocation d'entretien: pourquoi est-ce aussi le conjoint fortuné?

Allocation d'entretien: pourquoi est-ce aussi le conjoint fortuné?: pourquoi

L'allocation d'entretien peut également être attribuée à l'épouse ou au mari qui travaille et qui peut être économiquement indépendant, pourquoi?

Entretien de maintenance conjoint économiquement indépendant

L’allocation d’entretien établie au moment de la séparation en faveur de l’un des époux et dépendant de l’autre est fondée sur le principe suivant: rééquilibrer les relations économiques entre les époux, étant donné la permanence des devoirs de solidarité économique découlant du lien conjugal et destinés à n'échouer que par la prononciation de divorce.

Comment calculer l'allocation d'entretien

Pour cette raison, le partenaire qui n’est pas accusé de la fin du mariage et qui ne dispose pas de revenus suffisants pour lui permettre maintenir un niveau de vie semblable à la précédente, la séparation a le droit de recevoir un contribution à la maintenance, également en raison d’une disparité entre les revenus perçus par les parties.

Mais que signifie le fait de garantir le "mĂŞme niveau de vie" dont jouit le mariage?
Un niveau de vie similaire ne signifie pas nécessairement le même bien-être patrimonial existant au moment des relations conjugales, norme économique similaire (donc pas égal) qui tient compte de la effets financiers et psychologiques après la prononciation de la séparation.

En d’autres termes, le but de la contribution à la maintenance il s'agirait d'éviter, dans la mesure du possible, le conjoint le moins riche, après la cessation du mariage, de se voir subitement privé des possibilités économiques acquises. Évidemment le choix de protection du partenaire économique le plus faible il convient mieux aux hypothèses selon lesquelles la disponibilité patrimoniale de celui-ci, une fois séparées, sont beaucoup plus rares ainsi que ses perspectives d'emploi.

Prenons, par exemple, le cas où, par choix commun, l’un des époux renonce à son professionnalisme pendant le mariage pour se consacrer entièrement à la soin de la maison et des enfants, jusqu’à rendre impensable sa réintégration ultérieure dans le monde du travail, peut-être parce qu’à un âge qui n’est plus jeune.

Au contraire, dans les cas où le partenaire destinataire du chèque est équipé de propre capacité de travail et de propre patrimoine remarquable, la somme allouée pour le maintien de celui-ci sera progressivement réduit proportionnellement à ces circonstances, sauf en tout état de cause le droit de leur garantir la même teneur maintenue dans le lien conjugal.

En effet, précisément en tenant compte de la but de l'allocation d'entretien établie en faveur du partenaire le plus faible, la Cour de cassation a rappelé à plusieurs reprises en quoi ce droit appartient au conjoint avec un revenu de manière à lui permettre de faire usage de un niveau de vie digne ou riche, à condition que leur bien-être économique ne corresponde pas à celui de la cohabitation conjugale mais inférieur au niveau de vie dont jouit la constance du mariage.

Ce n’est que si les conditions de fonds propres du bénéficiaire du chèque sont tout à fait suffisantes pour lui permettre d’atteindre les niveau de bien-être économique la cohabitation conjugale déjà caractérisée, l'objet de la contribution à établir au moment de la séparation disparaîtrait et le droit du conjoint demandeur de la recevoir disparaîtrait donc.

Comment déterminer le "niveau de vie" des époux

Pour évaluer le niveau de vie existant au moment du mariage, il faut prendre en compte un certain nombre de paramètres, à savoir, par exemple, la revenus perçus par chacun des deux époux (y compris tout revenu financier), la valeur locative mensuelle du bien immobilier (y compris l'incidence de la cession du foyer conjugal qui sera exclue du revenu de la partie obligée), le nombre d'enfants à charge et de concubins.

En outre, les actifs du débiteur doivent également être vérifiés et, à cette fin, le juge ne peut se limiter à l’examen du revenus issus de la documentation fiscale produits, mais doit tenir compte de tous les autres éléments de nature économique et financière susceptibles d’affecter les conditions des conjoints, tels que, par exemple, la propriété d’un bien meuble important.

Enfin, un arrêt récent de la Cour constitutionnelle a déclaré que, aux fins de la détermination de laallocation d'entretien, nous devons tenir compte non seulement du niveau de vie antérieur des époux, mais également d’autres éléments, à savoir la contribution personnelle et économique de chacun à la formation du patrimoine commun, la durée du mariage et les motifs de la décision (arrêt de la Cour constitutionnelle n° 11). du 09/02/2015).
Av. Francesca Oriali

Vidéo: Travailler dans le social - PDVS XXL #3


Menu