Un Site Populaire Pour Les Femmes Modernes, Ce Qui Contribuera À Une Femme Sovoyu Changer La Vie Pour Le Mieux

Les filtres selfie conduisent à la psychose et à la chirurgie esthétique

Ne pas pouvoir prendre un selfie sans le filtrer ou retoucher aucun détail de la photo favorise les troubles psychologiques et conduit à l'utilisation de la chirurgie esthétique

Les filtres selfie conduisent à la psychose et à la chirurgie esthétique

Visage en porcelaine, peau de pêche, grands yeux et fonctionnalités parfaites: voilà ce que donnent les filtres disponibles sur les réseaux sociaux (Snapchat et Instagram) ou les applications de retouche de photos, qui sont désormais la cible des chercheurs américains et des médecins alarme: "ne pas pouvoir envoyer de selfie sans le filtrer, ni même retoucher la couleur des dents favorise les désordres psychologiques et conduit au recours à la chirurgie esthétique ".

Lifting mini-visage et cou: moins invasif mais durable

L'avertissement, contenu dans un article publié dans la chirurgie plastique du visage Jama, provient de chercheurs et de médecins de l'Université de Boston.

Jusqu'à il y a quelques années, photos retouchées c'était la prérogative exclusive des stars, qui véhiculaient ainsi des standards de beauté, mais aujourd'hui ce niveau de perfection est devenu accessible à tous. "L'omniprésence de ces images modifiées peut avoir un impact sur l'estime de soi, garantir qu'on ne se perçoit pas bien dans le monde réel et agir comme un détonateur, conduisant à un trouble dysmorphophobe", expliquent les experts. Cela se traduit par une préoccupation excessive, jusqu'à la peur, pour sa propre image et en particulier pour les fautes perçues.

Double menton: éliminez-le avec la chirurgie esthétique

Cette pathologie, classée parmi les troubles obsessionnels-compulsifs, est beaucoup plus qu'un simple manque de confiance en soi, car ceux qui en souffrent font tout pour changer leur apparence avant de recourir à la chirurgie.

Dans ces cas, le désir de subir une chirurgie esthétique ou plastique a pour seul objectif d'améliorer son image de marque sur les selfies et sur les réseaux sociaux. Les personnes les plus vulnérables sont en fait les plus actives sur les réseaux sociaux et prennent toujours des selfies de plus en plus rapprochés. Pas seulement ça.
Selon un sondage de l'Académie américaine de chirurgie faciale plastique et reconstructive, mené en 2017, 55% des chirurgiens plasticiens rapportent que leurs patients demandent des ajustements pour s'améliorer en selfies, contre 42% deux ans plus tôt en 2015. %.

Soulever avec des aiguilles pour rajeunir sans scalpel

Les auteurs de l'article sonnent alors l'alarme, notamment sur une nouvelle tendance: la Dysmorphie Snapchat. C’est-à-dire que les patients qui souhaitent une touche esthétique ressemblent à leur version filtrée, avec des lèvres turgescentes, de grands yeux et un petit nez. "C'est une tendance inquiétante - affirmer - parce que ces filtres créent souvent des images complètement irréalistes et inaccessibles et confondent les limites entre la réalité et la fantaisie de ces personnes ", avertissent les médecins

Les indications contenues dans ce site ne sont pas destinées et ne doivent en aucun cas remplacer la relation directe entre les professionnels de la santé et le lecteur. Il est donc conseillé de toujours consulter votre médecin et / ou vos spécialistes. Avertissement "

Vidéo:


Menu