Un Site Populaire Pour Les Femmes Modernes, Ce Qui Contribuera À Une Femme Sovoyu Changer La Vie Pour Le Mieux

Dettes des époux dans la propriété commune

Les dettes contractées par le conjoint sous le régime de communion de biens auprès desquels elles doivent être payées, uniquement par le conjoint qui a contracté la dette ou même par l'autre

la dettes du conjoint en communion de biens ils tombent également sur l’autre conjoint qui est en partie responsable de la dette. Naturellement, nous devons évaluer les situations pour comprendre ce qu’elles sont. dette. la conjoints en communion de biens avoir des responsabilités devant dettes contractées par l'épouse ou le mari pendant le mariage. C’est précisément pour cette raison que vous choisissez le régime de communion de biens au moment du mariage il faut savoir à quel point on est responsable de dettes du conjoint.

LES DETTES DE LA CONJUGATION DE SEPARATION DES MARCHANDISES

COMMUNION DES MARCHANDISES

Dans ce cas, mari et femme sont tous deux responsables des obligations assumées pendant la lien de mariage et, plus précisément, alourdir le patrimoine commun i dettes en ce qui concerne:

- les charges qui pèsent sur biens entrant dans la communion (Par ex. hypothèques et hypothèques);

- les charges inhérentes à la gestion et ladministration de ces actifs (ex. le frais de copropriété et de assurance);

- tout autre engagement économique partagé, pour quelque raison que ce soit.
Pour le dettes contractées par un seul conjoint, sans le consentement de l'autre, ce dernier répondra personnellement avec ses propres atouts et que s’ils se révèlent insuffisants, les créanciers pourront agir sur ces appartenant à la communiondans le limites du quota de propriété du débiteur.
Et que se passe-t-il à la place dans l'hypothèse où le les obligations ont été prises séparément par conjoint mais pour satisfaire un intérêt familial?

LA COMMUNION DES MARCHANDISES: COMMENT ÇA MARCHE?

Tout d’abord, il est bon de préciser ce que l’on entend par achats effectués en faveur de la cellule familiale, puisqu’une telle situation pourrait aussi exposer conjoint non débiteur au risque de voir agressé ses biens personnels. Ce sont les biens achetés par le conjoint, par la suite à launion conjugale, pour satisfaire un besoin ou l’intérêt d’un autre membre de leur propre ménage (et donc, par exemple, des vêtements, de la nourriture, des accessoires de maison, des soins médicaux, etc.).
Si cela se produit, l'art. 190 du Code civil stipule que « i les créanciers peuvent agir de manière subsidiaire sur les avoirs personnels de chacun des époux, dans la mesure de la moitié du crédit, lorsque les biens de la communion ne suffisent pas à acquitter les dettes qui pèsent sur elle ".
En d'autres termes, si le le partenaire est débiteur envers des tiers:

- premièrement, les créanciers pourront agir sur les biens qui font partie de la communion;

- si les premiers ne sont pas suffisants pour payer la dette, le conjoint qui l'a contractée répondra personnellement avec ses propres atouts;
- enfin, si même la seconde hypothèse ne satisfait pas le crédit de tiers, ce dernier peut utiliser les avoirs personnels du conjoint hors contrat, mais dans la limite maximale de la moitié de l’obligation contractée par l’autre.
Ainsi, par exemple, si l’un des deux époux décidait de contracter un emprunt pour l'achat d'une voiture famille, et s’est avéré par la suite incapable de payer les acomptes provisionnels pour une valeur de 2 000 €, le revendeur aurait un crédit de ce montant à la communauté juridique.
Seulement si ni moi biens communs ni ceux du épouse qui ont conclu le contrat étaient suffisants pour le paiement de la dette, le biens personnels du conjoint non impliqué dans le financement peut être attaqué, mais dans la limite de 1 000 €.

Vidéo: Jules Verne - Voyage au centre de la Terre SOUS-TITRES - Damien Genevois


Menu