Un Site Populaire Pour Les Femmes Modernes, Ce Qui Contribuera À Une Femme Sovoyu Changer La Vie Pour Le Mieux

Communion et séparation des biens: quand aucun accord n'est trouvé

Communion et séparation des biens: quand aucun accord n'est trouvé: communion

Avant de se marier, le couple risque de sombrer dans la crise si aucun accord n'est trouvé sur le régime de la communauté de biens

Communion ou séparation des biens?

Beaucoup de couples sur le point de marier ou pour décider de choisir le communion ou partage des biens ils se retrouvent dans un conflit imprévu et à partir duquel il n'est pas toujours possible de trouver une solution pacifique. Cela dépend avant tout de la perception que chacun a de l'autre et de sa manière de vivre la relation avec ses propres biens et ceux des autres. Il s’agit en fait de faire confiance ou non à la gestion de l’économie familiale ou du couple et souvent de la gestion de l’argent comme preuve de confiance ou de responsabilité envers l’autre.

Certains conjoints vivent en réalité mariage comme un fait qui présuppose le partage total de tout, surtout des biens matériels, tandis que d’autres continuent à croire en une gestion absolument individuelle et réservée de leurs propres richesses… dans ce dernier cas, il s’agit de personnes qui se rendent au mariage pas vraiment très jeune et habitué à vivre seul pendant de nombreuses années, donc gérer ses actifs pendant une longue période, leurs propres espaces et moments dans une dimension essentiellement individuelle. La situation devient plus compliquée s’il n’ya pas eu une expérience de coexistence qui les ait mis tous les deux dans la condition de parvenir à une sorte d’équilibre en termes de réciprocité et de partage.

Comment fonctionne la communion des biens

Surtout s'il existe une différence claire et évidente entre le statut social et économique, la résistance à partager ses avoirs avec la personne la moins riche peut entraîner un conflit houleux dans le couple. La personne qui ne bénéficierait pas du partage des actifs dans ces cas peut alors se sentir peu protégé et considéré et en même temps, cela peut pousser l'autre à se sentir coupable ou au contraire à rejeter l'idée d'être obligé de soutenir financièrement le conjoint.

Ces dernières années, il faut également ajouter que l’augmentation substantielle du nombre de séparations a attiré l’attention sur ceux qui se marient pour se protéger, en se projetant de manière réaliste et prudente et en évitant de se retrouver dans une situation économique difficile. Une prudence de confiance donc surtout de la part de ceux qui ne tiennent pas compte de la condition de l'autre, attitude qui en dit long sur la dynamique de certaines relations dans lesquelles ce n'est pas vraiment le sentiment qui est le maître, mais on pourrait parler d’une certaine rationalité moins sujette à des éclats de générosité.

Il n’est donc certainement pas possible de parler de relations meilleures ou pires en ce qui concerne ces choix, car tout dépendra principalement de la manière dont le couple pourra se confronter et trouver ensemble des solutions qui protègent les deux. Aussi le partage des biens en fait, il peut être choisi comme un moyen de garantir chacun différemment et les mêmes contrats prénuptiaux de plus en plus répandus en sont le témoignage clair.

Si, au contraire, le couple ne parvient pas à trouver une solution qui leur permette à tous deux de se sentir sereinement protégés, la question devra être déplacée à un autre niveau, celui de la confiance et de la confiance. communication avec l'autre plus ou moins empathique. Se marier à la fin, c’est aussi soutenir l’autre dans toutes les situations difficiles, en tenant compte de ses conditions sociales et économiques différentes, fondées sur des hypothèses de confiance et d’estime de l’autre. Lorsque cela est remis en question, le couple serait inévitablement mis en doute par le lien et par la qualité de la relation. Dans ce cas, il pourrait alors être très important de bien réfléchir si vous êtes vraiment prêt à apporter votre soutien à quelqu'un et si vous croyez vraiment que vous faites le grand pas.

Vidéo: Succession: le règlement au décès du 2nd conjoint


Menu