Un Site Populaire Pour Les Femmes Modernes, Ce Qui Contribuera À Une Femme Sovoyu Changer La Vie Pour Le Mieux

Alcool: qu'arrive-t-il si vous en faites trop

Alcool: qu'arrive-t-il si vous en faites trop: alcool

Il peut arriver à tout le monde d’abuser de l’alcool: ce n’est évidemment pas bon et ne doit pas devenir une habitude, mais vous devez d’abord disposer de toutes les informations, savoir quoi faire si vous en faites trop, quels sont les risques pour la santé et bien plus encore.

Alcool: qu'arrive-t-il si vous en faites trop?

L'alcool éthylique est une substance psychoactive dérivée de processus de fermentation ou de distillation. Il fait partie de la catégorie pharmacologique des dépresseurs et est actif sur toutes les parties du corps. On le trouve sous forme de boissons: vin, bière, spiritueux, liqueurs, vins mousseux qui ont une concentration variable en principe actif (éthanol) et que l'on voit exprimés en degrés (%) sur le produit. L’Organisation mondiale de la santé a reconnu qu’elle était un médicament en ce sens qu’elle était capable de créer une dépendance et une dépendance (avec le temps, il fallait prendre davantage de substance pour obtenir le même effet), mais contrairement à de nombreuses autres substances présentant ces caractéristiques. c'est cependant légal.

Son histoire est ancienne et radicalement ancrée dans la culture de différents peuples: depuis que le phénomène de la fermentation a été découvert, la consommation d'alcool a commencé (la bière était déjà produite à l'époque néolithique). De la distillation naturelle commune, elle est passée au XIVe siècle à la distillation artificielle jusqu'au XIXe siècle, où la distillation est devenue industrielle, entraînant une croissance considérable de sa distribution et donc de sa consommation. Aux États-Unis, au début du XXe siècle, le phénomène anti-prohibitionniste a conduit à une illégalisation de la fabrication et de la vente d'alcool, à l'exclusion du vin, du cidre et du vinaigre destinés à un usage culinaire. L'inefficacité évidente et les phénomènes criminels découlant de cette interdiction ont empêché l'Europe de suivre son exemple.

Type de consommation d'alcool

L’alcool est utilisé de différentes manières et dans d’autres lieux: de la préparation de certains aliments aux spiritueux «de nuit», de l’apéritif au vin de table. Son utilisation médicale et ambulatoire est aujourd'hui un désinfectant, mais avant la naissance de l'anesthésie, il était utilisé pour "assommer" et soulager la douleur.

Effets physiques de l'alcool

Ci-dessous tous les effets causés par l'alcool sur notre corps. Évidemment, tous ne se manifestent pas et ne sont pas contextuels, et l'effet change en fonction du type d'alcool ingéré, de la quantité et du moment choisi, mais nous devons garder à l'esprit que tous ces effets peuvent se produire:

  • Ralentissez les rĂ©flexes;
  • Diminue la perception de stimuli dangereux;
  • Chaleur et rougeur dues Ă  la vasodilatation;
  • Ă€ des doses lĂ©gèrement supĂ©rieures, les rĂ©flexes simples diminuent.
  • Les actions habituelles telles que marcher, manger diminuent la prĂ©cision ainsi que l’effet sur la mĂ©moire.
  • Modifie la vision pĂ©riphĂ©rique et l'attention.
  • Peut donner des vertiges et vomir

Effets psychologiques de l'alcool

Les effets de l'alcool sur le plan psychologique peuvent être nombreux et différents, certains, au moins au début, sont "agréables" pour beaucoup. État d'intoxication, bavardage, gaieté, sociabilité accrue: pour beaucoup, en fait, la consommation d'alcool est liée au divertissement. Cependant, cela peut avoir des effets sur le comportement de ceux qui sont violents ivres, ennuyeux, "victimes" (surtout à fortes doses); superbe; Surprise ou désir de voir un autre acte de personnalité se dégager, par exemple de l'effet désinhibiteur de l'alcool.

Que peut-il arriver sous l'influence de l'alcool?

De toute évidence, une consommation modérée d’alcool (exemple: un verre de vin au repas) n’a pas de conséquence majeure. Mais trop en boire peut nous mettre dans des conditions très désagréables, sinon tragiques. Voici quelques exemples:

  • Les accidents de divers types, y compris les accidents de la route, sont les plus frĂ©quents.
  • Oubliez TOUJOURS l’utilisation d’un prĂ©servatif et la mise en place de comportements Ă  risque de maladies sexuellement transmissibles (avec des grossesses associĂ©es, risque uniquement si elles sont indĂ©sirables);
  • Problèmes de dĂ©veloppement du fĹ“tus s'il est utilisĂ© pendant la grossesse;
  • Risque de surdosage s'il est associĂ© Ă  des drogues telles que des psychotropes ou de l'hĂ©roĂŻne;
  • AssociĂ© Ă  l'ecstasy, par exemple, il existe un danger dĂ» Ă  une dĂ©shydratation grave et Ă  une augmentation de la tempĂ©rature corporelle, au risque de "coup de chaleur";
  • Si mĂ©langĂ© avec d'autres substances en gĂ©nĂ©ral, il y a un risque d'augmentation des effets secondaires;
  • Risque de croire qu'en utilisant continuellement la substance, on peut "rĂ©sister" davantage, en fait, la dĂ©pendance se dĂ©veloppe.

Quand pouvons-nous parler d'abus

Divers facteurs contribuent aux risques d'abus: alcool (taux d'alcoolémie), âge, sexe, poids, état de santé. La recherche a rapporté qu'environ:

Avec une teneur en alcool de 0,05%, il se produit une simple réduction de l'inhibition et une altération du jugement, une légère altération de la mémoire;
- L'augmentation de l'activité motrice jusqu'à 0,10% commence à être difficile et certains centres du cerveau sont narcotisés;
- Atteindre un taux d'alcoolémie de 20% signifie toucher la région motrice du cerveau.
- à environ 30%, les perceptions sensorielles sont sérieusement altérées en entrant dans un état d'étonnement et d'étonnement;
- À un taux de 40%, il existe un risque de narcotisation et un état de coma qui nie complètement les perceptions;
- Le taux d'alcoolémie élevé peut entraîner la mort si le taux d'alcool est égal à 0,60 / 0,70%, car il affecte les centres qui contrôlent la respiration et le rythme cardiaque.
- L'utilisation chronique peut provoquer des lésions cérébrales et le syndrome de Korsakoff (perte de mémoire, décadence intellectuelle avec déficits sensoriels et moteurs), la cirrhose (principale cause de décès chez les alcooliques), le muscle cardiaque est également exposé au risque d'infarctus du myocarde., la membrane muqueuse du tube digestif est irritée de façon chronique, il existe donc un risque de carcinome de la bouche et du foie, d'ulcère gastrique, etc. De plus, il existe un risque de gastrite et d'hépatite.

Quelques conseils sur la consommation d'alcool

Le problème avec l'alcool est que ses effets sont difficiles à contrôler. Sachez que tout peut être contrôlé en cas de modification physiologique et perceptive évidente. Donc:

  • ne manipulez pas d'instruments nĂ©cessitant Ă©galement une coordination ou des capacitĂ©s de perception minimales (voitures, motos, etc.).
  • Évitez de prendre pendant la grossesse car l'alcool, comme la nicotine, passe facilement Ă  travers la membrane placentaire et atteint le fĹ“tus. Les enfants nĂ©s de mères avec de grandes quantitĂ©s d'alcool ont, dans la plupart des cas, ce qu'on appelle le syndrome d'alcoolisme foetal qui se traduit par des retards mentaux, une incoordination, diverses malformations physiques, etc.

Que faire si vous vous saoulez et vous sentez malade

Une consommation excessive d'alcool à la fois peut avoir des effets secondaires très désagréables. La gravité de ces symptômes, accompagnés ou non de migraine, dépend de caractéristiques génétiques. Les boissons alcoolisées distillées au goût prononcé contiennent des substances (congénères) qui provoquent ces effets secondaires. Le vin rouge contient des substances similaires à celles de la bière, ce qui peut avoir des effets désagréables sur les personnes sensibles. Plus le goût d'un alcool est faible, plus la quantité de congénères contenus est petite et meilleure est la situation de l'individu le lendemain. La vodka et le gin en contiennent peu, tandis que le bourbon, le rhum et le whisky pur malt sont ceux qui en contiennent le plus.

L'alcool quitte le corps assez rapidement, mais les congénères prennent plus de temps, le nombre d'heures est égal au nombre de verres bues la nuit précédente. Il n’ya qu’une façon de traiter les séquelles d’une ivresse: le temps. Les symptômes sont les maux de tête, les nausées, les vertiges, l'irritabilité et la dépression. Plusieurs de ces effets sont dus à la déshydratation et peuvent être évités ou atténués d’une autre manière en buvant de l’eau en buvant de l’alcool et avant de se coucher. Une autre aide peut être d’augmenter la glycémie en mangeant une petite collation ou un fruit avant de se coucher.

Une autre astuce pour éviter les tracas est de ne jamais boire l'estomac vide (la consommation d'aliments protéinés comme le fromage, le lait entier, la viande et le beurre d'arachide diminue l'inconfort) et de prendre un supplément de vitamines du complexe B avant de commencer à boire. Nous devons éviter de mélanger différents types d’alcool et d’ajouter des boissons gazeuses non alcoolisées (elles pénètrent plus rapidement dans la circulation). L'eau et les jus sont la chose la plus indiquée; La bière et le vin sont absorbés plus lentement que les spiritueux distillés. Les personnes qui ne boivent pas ont souvent un foie qui fonctionne lentement et qui se saoule plus rapidement.

Nous devons également considérer que plus une personne est petite, plus les effets de l'alcool et des séquelles sont importants le lendemain. Les femmes métabolisent l'alcool plus complètement que les hommes et sa concentration atteint son plus haut niveau au cours de la période prémenstruelle.

Même nos conditions psychologiques au moment de la consommation d'alcool peuvent jouer un rôle dans les séquelles. Il semble que les pires effets secondaires liés à la consommation d'alcool se produisent lorsque l'on boit dans des situations de tension ou de culpabilité. La fatigue a aussi son importance: il est important de dormir suffisamment. Le café et les douches froides ne permettent pas de se débarrasser des congénères plus rapidement que le temps. Il serait alors préférable de rappeler à l'avenir ce qui a été mauvais, les chiffres ridicules qui ont été faits, le risque couru. Il peut arriver que l'on exagère de temps en temps avec de l'alcool (ce n'est pas une justification ni une minimisation mais un fait), mais chaque état d'ivresse marque notre corps et notre esprit.

Quel genre de dépendance crée de l'alcool

Nous avons souvent tendance à la sous-estimer, notamment parce qu'il s'agit d'une substance légale, mais l'alcool peut créer une forte dépendance psychique et physique après une utilisation prolongée. Il produit une tolérance qui peut se développer sur une période allant de 5 à 10 ans, mais tout est relatif. L'abstinence d'alcool produit une série d'effets tels que: maux de tête, nausées, vomissements, tremblements. Dans sa forme la plus grave, l’abstinence s’exprime en trois temps après la dernière prise: 5 à 6 heures après une consommation excessive, il ya des tremblements violents, des maux de tête, des nausées et des vomissements, une sudation abondante, des crampes abdominales, des hallucinations; 15/30 heures après la dernière utilisation, une activité épileptique peut survenir; les 24/48 heures suivantes commence le Delirium Tremens (DT), qui peut durer de 3 à 4 jours, et se caractérise par des délires bizarres, une hyperthermie, une tachycardie, une agitation et une confusion. Les convulsions et les DT sont fatals dans la plupart des cas.

Vidéo: Après avoir bu de l'alcool, voici ce qu'il fait subir à votre corps


Menu