Un Site Populaire Pour Les Femmes Modernes, Ce Qui Contribuera À Une Femme Sovoyu Changer La Vie Pour Le Mieux

SNERT adolescents, qui sont-ils?

SNERT adolescents, qui sont-ils?: dans

Les SNERT, ou "Adolescents débordés d'éros", sont des adolescents érotomanes et intrus qui mettent en place une série de comportements visant à perturber et interpeller leurs pairs au cours d'une conversation.

Adolescents SNERT: qui sont-ils?

L'utilisation abusive de chats ou d'Internet devient une condition gĂ©nĂ©rant parfois une dĂ©pendance. La possibilitĂ© de vivre une rĂ©alitĂ© "parallĂšle" ou "alternative", telle que le monde virtuel, de la part des jeunes leur permet d'exprimer verbalement ou de mettre en Ɠuvre comportement provocateur et agressif, comme l'utilisation de mots calomnieux ou violents qui, dans la vie quotidienne, ne seraient pas proposĂ©s de maniĂšre aussi spontanĂ©e.

Le langage virtuel interdit une sĂ©rie de manifestations Ă  la fois verbales et comportementales, mais il semble que ce veto n’est absolument pas pris en compte et, contrairement Ă  ce que l’on peut supposer, c’est prĂ©cisĂ©ment l’interdiction qui gĂ©nĂšre la transgression et l’opposition typiques des adolescents.

Qu'est-ce que l'Ă©rotomanie?

L 'Ă©rotomanie Il s'agit d'un trouble dĂ©lirant dans lequel le sujet est obsĂ©dĂ© par la conviction obsolĂšte qu'une autre personne Ă©prouve de l'amour pour lui. On en parle depuis 1921, lorsque le psychiatre Cleranbault a dĂ©crit pour la premiĂšre fois un syndrome psychotique impliquant des sujets atteints de attitudes persistantes et harcelantes liĂ©es au sexe et qu’aujourd’hui nous dĂ©finirions la satyriase chez l’homme et la nymphomanie chez la femme.

La conviction d'ĂȘtre un objet d'amour amĂšne la personne Ă  accorder toute son attention au regard, au sourire et au geste d'une autre personne en l'interprĂ©tant mal comme s'il s'agissait d'un encouragement ou d'un signe d'assentiment confirmant sa fausse certitude.

Une recherche de J. Rifkin (1998) montre comment l’adolescence est la pĂ©riode au cours de laquelle les garçons se consacrent presque exclusivement Ă  des activitĂ©s intenses relations avec les gens, exprimer des idĂ©es et expĂ©rimenter de nouvelles connaissances, rĂŽles et identitĂ©s multiples. À cet Ă©gard, Internet offre un espace pour un moratoire psychosocial ainsi dĂ©fini par Erikson (1963) dans lequel le garçon se teste et s'identifie dans divers contextes et fonctionne en se testant.

Si en réalité cette phase est soumise à des risques spécifiques tels que la mort, les grossesses non désirées, le sida, la drogue, etc., c'est-à-dire des situations limites et donc à la limite, l'environnement virtuel agit plutÎt comme un "confinement" proposant la possibilité de s'exprimer et leur propre autonomie en se confrontant aux autres en adoptant également des comportements qui ne correspondent pas au sens de la modestie et du respect commun.

L’acronyme SNERT dĂ©signe les adolescents Ă  la tĂȘte basse, c'est-Ă -dire qu’il fait rĂ©fĂ©rence Ă  la catĂ©gorie des adolescents Ă©rotomanes et intrus qui adoptent une sĂ©rie de comportements visant Ă  "dĂ©ranger" et interpeller leurs pairs dans un chat appelĂ© Graphical Multi. -version utilisateur (GMUKS).

Tendance Ă  concurrencer et Ă  attaquer les autres avec des farces, des obscĂ©nitĂ©s, des comportements provocateurs, des bouffons et des brimades avec un vol ou la formation de gangs, occupation inappropriĂ©e d'un espace public virtuel, auto-promotions rĂ©pĂ©tĂ©es, utilisation d'avatars violents, louange idĂ©ologique pour la haine et la discrimination, l'utilisation provocante d'un langage obscĂšne et obscĂšne, le harcĂšlement sexuel ou agressif d'utilisateurs qui portent des surnoms fĂ©minins, les attaques et les provocations adressĂ©es aux autoritĂ©s au point de demander Ă  ĂȘtre tuĂ©es (annulĂ©es par la communautĂ©) (Rugnone, 2005) c'est Ă©vident.

Le systĂšme de contrĂŽle qui surveille ces espaces virtuels interdit l’utilisation de tels comportements, mais il est facile de dĂ©duire que transgresser les rĂšgles signifie s’opposer Ă  l’autoritĂ© des adultes, et en particulier Ă  l’autoritĂ© paternelle, qui agit en tant que calibrateur en ce qui concerne les normes familiales et sociales. Par consĂ©quent, il n'y a pas de classe plus ou moins confortable parce que le phĂ©nomĂšne de violence et d'Ă©rotomanie concerne tous les adolescents qui entrent en conflit avec des comportements "imposĂ©s" dans le but de s'affirmer et de vivre diffĂ©remment de leurs pairs.

VidĂ©o: Fox Village in Zao Japan! è””çŽ‹ăă€ă­æ‘ăƒ»kitsune mura

ï»ż
Menu